Site de Bénéjacq

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home LE VILLAGE Histoire des batiments La construction de l'abattoir public

L'Histoire de l'abattoir public

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
L'Histoire de l'abattoir public
Suite
Suite2
Suite 3
Toutes les pages

L’histoire de l’abattoir public de Bénéjacq

abattoir-2010-1Le village de Bénéjacq est réputé pour son grand nombre de bouchers et charcutiers. Les nouveaux bénéjacquois et les jeunes ne savent peut être pas qu’il y avait un abattoir public dans le village. Cet abattoir a cessé son activité au début des années 80. Le bâtiment existe toujours, il est situé au bout de la rue du Gabizos (Quartier La Lanusse), il est utilisé maintenant comme entrepôt municipal.

Avec les relevés des cahiers de délibération de la commune, nous allons vous raconter l’histoire de cet abattoir, construit entre 1900 et 1903. La mise en place de cet abattoir a provoqué de nombreuses réunions extraordinaires et de retournements du Conseil Municipal. Certains termes et phrases sont relatés exactement comme sur le cahier de délibérations.

 

La décision d’établir un abattoir public

Lors de la séance du conseil municipal du 15 février 1894, le Maire Mr Camors donne lecture d’une lettre du préfet qui propose l’établissement d’un abattoir public, en raison de l’état insalubre de la commune du aux nombreuses tueries particulières créées sans autorisation et le chargeant de laisser entendre qu’il serait forcé de fermer les tueries si cette proposition était rejetée.

Il lit également une lettre préfectorale portant communication d’une réponse du Maire de Pau qui ne voit aucun inconvénient que les viandes provenant de l’abattoir de Bénéjacq entrent en ville à condition qu’elles soient accompagnées d’un  certificat vétérinaire et portent l’estampille qui sera adopté par le futur abattoir de Bénéjacq.

A l’unanimité, le Conseil décide de construire un abattoir public à condition que les charcutiers, vu le soin minutieux avec lequel le sang est recueilli et l’état de propreté que nécessite la vente de toutes les parties du porc, pourront comme toujours abattre les porcs dans les tueries particulières et que les viandes provenant de l’abattoir public de Bénéjacq seront affranchies de toute redevance par les bouchers de la commune.

Le Conseil Municipal était composé de M Camors, Maire, M Pouret , adjoint, MM Bégarie, Lascourrèges, Teilh, Galin-Chéné, Cazayous, Aubiès, Magendie, Bignalet, Taillefer, Suberbielle, Graciette, Cazenave et Lavie-Père